Glossaire

Abaque: Couronnement rectangulaire d'un chapiteau. À l'origine, il s'agissait d'une tablette carrée de terre cuite ou de bois que les anciens constructeurs plaçaient au-dessus des colonnes de bois pour leur donner une plus large assiette.

Abat-son: Lames posées obliquement dans les baies des clochers pour renvoyer le son de la sonnerie des cloches vers le bas.

Abbaye: Monastère d'hommes ou de femmes qui est dirigé par un abbé ou une abbesse. Le monastère est en général constitué de plusieurs constructions : l'église (abbatiale), le cloître, la salle du chapitre, la bibliothèque, les dortoirs et réfectoires, la cuisine, le cellier, les bains, l'infirmerie, l'hôtellerie.

Abside (ou chevet): Parte demi-circulaire d'une église comprenant le chœur et le maître-autel (du grec hapsis = cercle, voûte). Dans l'antiquité chrétienne, extrémité de la nef centrale de l'église, de forme semi-circulaire, au fond de laquelle était dressé le siège de l'évêque. Autour de l'abside peuvent se greffer des absides secondaires, appelées absidioles.

Acanthe: Ornement d'architecture représentant une feuille d'acanthe, caractérisant les chapiteaux corinthiens.

Acrotère: Socle disposé aux extrémités ou au sommet d'un fronton, servant de support à une statue, un vase ou tout autre ornement. L'acrotère désigne aussi l'ornement lui-même.

Aisselier: Charpente : élément droit ou courbe placé sous une pièce horizontale (entrait retroussé ou faux-entrait).

Aître: Le mot "aître" est dérivé du latin "atrium" qui désigne l'enclos d'un monastère, le parvis d'une église ou encore son cimetière. Désigne aussi tout simplement un terrain libre près d'une église servant de cimetière. Inusité à notre époque, il est utilisé chez nos voisins rouennais : Aître Saint-Maclou.

Ajour: Peut être de différentes formes suivant le style, l'époque et l'emplacement dans une composition. Par exemple trèfle (trilobe), quatre-feuilles (quadrilobe), mouchette (goutte d'eau), soufflet, écoinçon, rose ou rosace.

Allège: Partie de mur située sous une fenêtre.

Ambon: Tribune fixe ou chaire en pierre comportant un garde-corps édifiée à l'entrée du chœur liturgique ; souvent au nombre de deux, celle du nord sert à lire l'Évangile et celle du sud l'Epitre. L'ambon fut remplacé au XIIIème siècle par la chaire à prêcher ou le jubé.

Anépigraphique ou anépigraphe: Se dit d'une pierre tombale, d'une dalle ne portant pas d'inscription. On trouve dans les environs de Verneuil-sur-Avre des pierres tombales anépigraphes (ou anépigraphiques). Elles sont en grès, décorées d'une croix et parfois d'autres éléments tels que tête de mort, ossements, signes religieux, mais aucune datation ni aucun nom. Son contraire l'épigraphie est l'étude des inscriptions sur des matières non putrescibles, comme la pierre (on parle alors d'inscriptions lapidaires), le métal ou l'argile.

Anglo-normand: Se dit de la période où, suite à la conquête de l'Angleterre par Guillaume de Normandie en 1066, les influences mutuelles politiques, mais aussi culturelles -et donc architecturales- entre les deux côtés de la Manche sont importantes. Les églises des deux pays ont de nombreux caractères communs. D'ailleurs, en anglais, le style roman se nomme style "Normand".

Antéfixe: Ornement, souvent en terre cuite ou en pierre, décorant le bord des toits.

Antependium: Nom que l'on donne au devant d'autel lorsque ce dernier est en matériaux souples : tissu, cuir ou autre. Le matériau fait la différence avec le "devant d'autel".

Antiphonaire: Recueil de chants liturgiques, recueil des antiennes de la messe. Il contient souvent le graduel.

Appareil: Façon dont les pierres d'un mur sont taillées et assemblées. Il peut être grand, moyen, petit, régulier, irrégulier, mixte, réticulé, en bossage, etc.

Arbalétrier: Charpente : pièce parallèle au rampant de la toiture qui supporte les pannes.

Arbre de Jessé: C'est la représentation de l'arbre généalogique du Christ. Jessé, père de David, est allongé. Le Christ trône à la cime. Les branches de l'arbre portent prophètes et rois. On trouve cet arbre sous forme de vitraux ou de sculptures. (Voir Cahier Jacques Charles N°7)

Arc brisé: Arc formé de deux arcs de cercle. A ne pas confondre avec l'ogive qui désigne plusieurs arcs entrecroisés. Ce type de forme architecturale marque le début de l'architecture gothique.

Arc de décharge: Arc construit au-dessus d'un linteau de fenêtre ou de porte. Il permet de déplacer la charge vers les côtés et soulage le linteau. En charpente, on utilise le mot "décharge" pour désigner une pièce de bois destinée à s'opposer à la déformation d'une autre et à reprendre les charges de cette dernière.

Arc doubleau: Arc séparant deux parties de voûte ou renforçant un berceau.

Arc en accolade: Formé de deux courbures opposées, égales et alternativement convexes et concaves. Formé de quatre courbes convexes et concaves, il es typique du gothique flamboyant civil (14ème et 15ème siècles).

Arc en anse de panier: Arc surbaissé en demi-ellipse.

Arc en plein cintre: Arc en demi cercle. Typique de l'art roman. Si la courbure de l'arc excède le demi-cercle, il est dit outrepassé. Un arc surbaissé est dit arc en anse de panier.

Arc outrepassé: Arc dont les extrémités dépassent le demi-circonférence. Il est aussi dit en fer à cheval.

Arc-boutant: Arc extérieur qui permet de transférer la poussée d'une voûte. L'arc-boutant s'appuie sur un contrefort ou culée. Il est typique de l'architecture gothique.

Architrave: Pièce droite ou partie inférieure de l'entablement reposant sur les chapiteaux et reliant deux colonnes. Poutre horizontale de pierre reposant sur deux supports. Linteau

Archives: Du grec "arkheion" : ce qui est ancien. Collection de pièces, titres, documents, dossiers anciens. Pour faire des recherches les Archives de l'Eure à Evreux sont un outil incontournable (voir bulletin AMSE n°129, fiche technique) Les archives de l'église portent les registres d'actes religieux depuis la Révolution de 1789 mais aussi parfois des chartes et tous les documents concernant son histoire.

Archivolte: Éléments d'ornement (moulures, baguettes, bas-relief) de l'intrados et du pourtour d'un arc, d'une voûte.

Arête: Ligne d'intersection entre deux surfaces.

Armarium: Excavation ménagée dans l'épaisseur d'un mur pour ranger linge, objets divers ou pour servir de bibliothèque.

Armoire eucharistique: Excavation ménagée dans le chevet et proche de l'autel pour la conservation de l'eucharistie avant l'usage du tabernacle.

Armoiries: Les armoiries ou armes sont représentatives d'une ville, d'un état, d'une famille. Elles comprennent : écu, figures, devises et tous les ornements attributs de ce qu'elles représentent.

Arrachement: Pierre saillant d'un mur, témoignant d'une destruction ou d'une volonté de reprise de maçonnerie.

Assise: Rangée horizontale des blocs de pierre qui composent la maçonnerie d'une construction.

Astragale: Moulure de forme semi-cylindrique séparant le chapiteau du fût d'une colonne.

Attique: Etage placé au sommet d'une construction, et de proportions moindres que l'étage inférieur.

Autel: La table, en pierre ou en bois, (mais dans ce cas une pierre "sacrée" y a été insérée) destinée à la célébration de la messe. Certains sont aussi appelés "tombeau". L'autel est la représentation symbolique du tombeau du Christ. Outre l'autel-majeur, ou Maître-Autel, il y a presque partout des autels secondaires (ou latéraux), parfois un autel des reliques.