> Zoom / Nos coups de coeur

Nos coups de coeur

Coup de coeur
pour l'église du Mesnil-Hardray,

Un grand bonheur... Depuis bien longtemps, nous assistions, impuissants, à la lente dégradation de la toiture de cette église. L'agonie pour une bâtisse commence toujours par la disparition progressive de la toiture. Cette église, inscrite aux Monuments Historiques le 16/09/1953, devenue bâtiment agricole, inadaptée à notre agriculture d'aujourd'hui, était délaissée. Ceci dit sans jugement aucun de notre part, car nous connaissons les coûts d'entretien de ce genre de bâtisse.

Le dossier était complexes, nos réactions étaient prudentes ; souffler sur le feu et attiser les braises n'a jamais été le moyen d'éteindre l'incendie. Nous avons attendu. La sagesse et une négociation constructive ont abouti à cette heureuse étape. Voyez les photos : bien sûr l'église n'est pas restaurée, mais elle est sauvée. Nous qui voyons trop souvent la disparition pure et simple de l'édifice avec récupération des matériaux, nous disons Bravo, merci et bonne continuation.

COUP DE CHAPEAU à tous ceux qui ont oeuvré pour ce sauvetage. Merci pour nos racines, pour nos enfants. Puisse une telle action servir plus souvent d'exemple.

Cliquez pour agrandir  Cliquez pour agrandir
Coup de coeur
à Gravigny,

Les atteintes à notre patrimoine sont quotidiennes. A les dénoncer toutes, nous passerions pour des esprits chagrin. Aussi sommes-nous particulièrement heureux de saluer ici l'action de la commune de Gravigny pour sauver d'une fin tragique sa léproserie / maladrerie et lui redonner bientôt une nouvelle destinée. La "Fondation du Patrimoine" sur l'intervention de notre présidente et pour laquelle l'AMSE assure les montages de dossiers signait le jeudi 24 Juin 2004 une convention dans le cadre du projet de restauration.

Le premier édifice, daté de 1160, était une léproserie située comme il se doit à l'époque en dehors de la ville dans un endroit retiré. Il n'y eut jamais plus de 21 lépreux vivant sous le régime des couvents et la direction d'un prieur, lui-même un lépreux. Plus tard, avec la disparition de la lèpre et les épidémies de peste, la léproserie devint maladrerie.

On sait qu'en 1206, Philippe-Auguste devenu Roi de France était donateur à cet établissement. Dans sa dernière affectation, le domaine était une ferme, et les dernières décennies, dans une urbanisation galopante aux portes d'Evreux, ont vu la vente du domaine racheté par préemption par la ville de Gravigny consciente de son importance historique.

Certes il ne s'agit pas d'un modèle remarquable d'architecture mais, s'il ne reste rien du XIIe siècle de visible à ce jour, l'empreinte des XIIIe, XIVe, XVe, XVIe et XVIIe siècles est marquée dans ces murs. Nous n'avons pas le savoir pour établir ici un dossier complet*, mais nous tenions à vous livrer rapidement ces lignes et photos en vous donnant rendez-vous dans quelque temps pour vous en dire plus.

* Nous avons emprunté ces éléments à Madame Perrin, historienne du lieu que nous remercions, dans l'attente d'une communication plus étoffée de sa part.

Cliquez pour agrandir   Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir   Cliquez pour agrandir
Vue d'ensemble côté intérieur
Charpente du XIII° siècle
Fenêtre au tracé XIIIe avec meneau et fermeture XVIe
Base de fenêtre ornée d'une Annonciation figurée par une tête de femme à gauche et un ange à droite
Coup de coeur
à Rouge-Perriers,

Cette petite commune du canton de Beaumont-le-Roger compte seulement 235 habitants. Emmenée par son maire, Monsieur Jean-Claude ROUSSELIN, et avec au départ l'étroite collaboration de l'AMSE, elle a récemment terminé la restauration de l'intérieur de son église. Celle-ci a été inaugurée le 1er novembre 2002 par une messe célébrée par Monseigneur David, évêque d'Evreux. Les travaux (réfection de la voûte, des enduits et mise en place de l'éclairage) ont été menés de façon remarquable. Ils respectent l'authenticité de l'édifice et constituent un bel exemple de ce qui peut être fait même dans des communes aux revenus modestes. Belle récompense pour la commune : les travaux de réfection du clocher ont permis la découverte de panneaux peints datés du XVI° siècles. L'interprétation de ces panneaux fera l'objet d'une présentation dans un prochain bulletin.

Cliquez pour agrandir   Cliquez pour agrandir
Coup de coeur
à Madame Lydie Chareyre,

Seule et avec des moyens modestes, mais une grande ténacité, elle oeuvre pour que ce qui reste de la magnifique chapelle romane Saint Lubin, transformée par de précédents propriétaires en une remise agricole, ne se dégrade pas davantage.

Cliquez pour agrandir

 

Nb de visiteurs
en ligne : 10
aujourd'hui : 68
au total : 393248
Accueil | Recommander | Lettre d'information | Infos Légales | Contact 
Tweet
AMSE ( www.amse.asso.fr ) - Copyright © 2002/2014 - Tous droits réservés.