Catégories
Reportages

Les bâtisseurs du Moyen-Age – 2012

[et_pb_section fb_built= »1″ _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » module_id= »contenu-article » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″][et_pb_row _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default »][et_pb_column _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » type= »4_4″][et_pb_text _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″]

La cage a écureuil ou treuil à tambour : engin de levage, le plus puissant du Moyen Age. Il est équipé d’une chèvre.

[/et_pb_text][et_pb_image src= »http://www.amse.asso.fr/wp-content/uploads/2022/09/9a5220421dcec18305e65f1740012eb95028c585.jpeg » _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » title_text= »9a5220421dcec18305e65f1740012eb95028c585″ show_in_lightbox= »on » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″][/et_pb_image][et_pb_text _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″]

Le maître d’œuvre surveille l’installation de l’échafaudage. Il a la responsabilité des différents ateliers. Il pratique le trait, la géométrie médiévale, conçoit les engins et veille à leur bonne utilisation.

[/et_pb_text][et_pb_image src= »http://www.amse.asso.fr/wp-content/uploads/2022/09/800702ae7630b50deb35a8fe58c694a53e3ffb1c.jpeg » _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″ show_in_lightbox= »on » title_text= »800702ae7630b50deb35a8fe58c694a53e3ffb1c »][/et_pb_image][et_pb_text _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″]

L’échafaudage a été installé. Il est composé de bois écorcé, perches, boulins, traverses, ligaturés par des cordages (chablots ou limousin).

Entrée par la forge de l’ancien charron dans l’espace Saint-Laurent, ancienne église de Verneuil.

[/et_pb_text][et_pb_image src= »http://www.amse.asso.fr/wp-content/uploads/2022/09/6494ab12eb2adca5ff81ac829018f3fe03b867ec.jpeg » _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » show_in_lightbox= »on » title_text= »6494ab12eb2adca5ff81ac829018f3fe03b867ec » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″][/et_pb_image][et_pb_text _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″]

La corderie, atelier féminin. On aperçoit les bobines de fil de chanvre et le touret. Les fils sont tressés entre eux. A l’autre bout un chariot auquel sont accrochés les fils. Selon la distance on place des râteaux pour maintenir les fils tendus et empêcher qu’ils ne s’emmêlent.

[/et_pb_text][et_pb_image src= »http://www.amse.asso.fr/wp-content/uploads/2022/09/880d4baa86d88ceb6a91d6558debfee1cea0abd2.jpeg » _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » show_in_lightbox= »on » title_text= »880d4baa86d88ceb6a91d6558debfee1cea0abd2″ hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″][/et_pb_image][et_pb_text _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″]

Le cochoir ou toupin est positionné entre les fils. Lorsque le rouet est mis en route les torons s’entortillent et l’on déplace le cochoir qui permet un tressage serré. La corde se forme.

La corde à douze coudées (ou à treize nœuds) est ici présentée par le maçon et appareilleur.
C’est l’outil de mesure et de recherche de proportion du bâtisseur médiéval.

Outre la coudée, les mesures utilisées sont le pied, la palme, la paume et l’empan.

[/et_pb_text][et_pb_image src= »http://www.amse.asso.fr/wp-content/uploads/2022/09/2380e940bd6986dd2f8061cf8f057bac4a09faf3.jpeg » _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » title_text= »2380e940bd6986dd2f8061cf8f057bac4a09faf3″ show_in_lightbox= »on » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″][/et_pb_image][et_pb_text _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″]

Homme et femme taillent la pierre au Moyen Age. Ici « l’oeuvrière » prépare une clé de voûte. Elle vérifie le respect de la forme convexe.

[/et_pb_text][et_pb_image src= »http://www.amse.asso.fr/wp-content/uploads/2022/09/2398d466ed3fd1ec93399c195075e71c101b0bd2.jpeg » _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » title_text= »2398d466ed3fd1ec93399c195075e71c101b0bd2″ show_in_lightbox= »on » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″][/et_pb_image][et_pb_text _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″]

Tracé à main levée du profil de l’ogive, car le tailleur doit maitriser l’art du trait.

Au-dessus de sa tête une clé de voûte, aperçu du travail fini.

[/et_pb_text][et_pb_image src= »http://www.amse.asso.fr/wp-content/uploads/2022/09/4f521094da9acca139b41c237de1cc47cdb8e3c9.jpeg » _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » title_text= »4f521094da9acca139b41c237de1cc47cdb8e3c9″ show_in_lightbox= »on » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″][/et_pb_image][et_pb_text _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″]

Une croisée d’ogive posée à sec sur ses cintres en bois.

[/et_pb_text][et_pb_image src= »http://www.amse.asso.fr/wp-content/uploads/2022/09/6ceb4f90d017044dfbcf1a1b0d0bce1d2760e170.jpeg » _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » title_text= »6ceb4f90d017044dfbcf1a1b0d0bce1d2760e170″ show_in_lightbox= »on » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″][/et_pb_image][et_pb_text _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″]

Chaque élément constitutif de l’ogive présente une marque en creux la patte d’oie, qui recevra le lait de chaux pour assurer le scellement.

Dans l’atelier du charpentier : un tronc a été équarri sur une de ses faces à la hache. D’autres outils sont utilisés : cauchoire, herminette, plane, etc.

[/et_pb_text][et_pb_image src= »http://www.amse.asso.fr/wp-content/uploads/2022/09/359675e6b8255a89911a5ed5ff08323b984c977a.jpeg » _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » show_in_lightbox= »on » title_text= »359675e6b8255a89911a5ed5ff08323b984c977a » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″][/et_pb_image][et_pb_text _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″]

Le charpentier dégrossit une poutre qui a été auparavant mise en forme hexagonale. Il utilise un ciseau ou une bisaiguë.

[/et_pb_text][et_pb_image src= »http://www.amse.asso.fr/wp-content/uploads/2022/09/8abc46feaab15cc1eba82dec671e5dc44fb13db6.jpeg » _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » title_text= »8abc46feaab15cc1eba82dec671e5dc44fb13db6″ show_in_lightbox= »on » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″][/et_pb_image][et_pb_image src= »http://www.amse.asso.fr/wp-content/uploads/2022/09/ac6ae9689d7a3fbd6c0aa14355944bcf64118e51.jpeg » _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » title_text= »ac6ae9689d7a3fbd6c0aa14355944bcf64118e51″ show_in_lightbox= »on » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″][/et_pb_image][et_pb_text _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″]

Selon les modèles présents à Saint-Laurent, un « engoulant » en cours de réalisation.

[/et_pb_text][et_pb_image src= »http://www.amse.asso.fr/wp-content/uploads/2022/09/b20a72f77e746453abeb65be212c44b665df1853.jpeg » _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » title_text= »b20a72f77e746453abeb65be212c44b665df1853″ show_in_lightbox= »on » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″][/et_pb_image][et_pb_text _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″]

Le forgeron façonne des outils.

[/et_pb_text][et_pb_image src= »http://www.amse.asso.fr/wp-content/uploads/2022/09/c456660fd497568774262ec4aefa19baaf973f50.jpeg » _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » title_text= »c456660fd497568774262ec4aefa19baaf973f50″ show_in_lightbox= »on » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″][/et_pb_image][et_pb_text _builder_version= »4.10.8″ _module_preset= »default » hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″]

Il utilise une forge à soufflet.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]